COVID-19 : « Nous voulons nous assurer de développer nos mécanismes de rétroaction afin qu’ils reflètent ce à quoi la nouvelle année académique devrait ressembler pour nos étudiants »

Écrit par la professeure Jackie Labbe, pro vice-chancelière (Enseignement) à l’Université De Montfort.

Dans mon dernier blogue, je me suis penchée sur notre réponse à la COVID-19 en ce qui a trait au captage de la voix des étudiants et à la direction que nous avons prise pour amplifier celle-ci. Le degré de priorité accordé à cette activité a certainement évolué – et ce que nous savons clairement, c’est que la voix des étudiants a un rôle vital à jouer pour garantir que le passage rapide à l’enseignement en ligne apporte ultimement une valeur éducative aux étudiants.

Lorsque la COVID-19 a frappé, nous avons dû travailler rapidement et, dans de nombreux cas, prendre des décisions avant de pouvoir consulter nos étudiants pleinement. Cependant, je dirais que plusieurs des décisions que nous avons prises ont été en réponse aux inquiétudes ou aux anxiétés de nos étudiants, ainsi qu’à leurs points bien argumentés, que nous documentions par le biais de communications avec le syndicat étudiant, des médias sociaux et en discutant avec nos collègues pour voir ce que les étudiants leur disaient en tant que gestionnaires de programmes ou de modules.

Nous avons pris très rapidement conscience, par exemple, des angoisses des étudiants face au manque soudain d’accès à de nombreux laboratoires, ateliers et studios sur lesquels ils comptaient pour mener à bien leurs travaux pratiques. Cependant, les mesures d’atténuation sur lesquelles nous avons travaillé pour tenter de remédier à cette perte ont également conduit à de l’anxiété : changement du mode d’évaluation ou peut-être leur demander de réfléchir à quelque chose en termes de réflexion ou de théorie plutôt que de le faire concrètement semblait un gros risque pour certains étudiants. Et bien sûr, il s’agissait de grandes demandes et, bien qu’elles semblaient nécessaires parce que nous ne pouvions pas faire entrer les étudiants dans les laboratoires, les ateliers et les studios après la fermeture les bâtiments, cela exigeait en même temps des étudiants qu’ils pensent d’une manière très différente, et ce, très rapidement.

D’un point de vue académique, nous étions probablement un peu complaisants, pensant « vous devez tout simplement faire ceci », mais ce que nous avions vraiment besoin de faire était d’arrêter et d’écouter nos étudiants qui disaient « c’est bien beau, mais je n’arrive pas à comprendre ce qui se passe ». Ce fut un rappel que, dans l’ensemble, si la clarté du message est vraiment importante, il en va de même pour les conseils sur la façon de le réaliser.

Nous avons pris la décision d’introduire une prolongation générale afin d’y répondre. Si nous voulions demander aux étudiants de réévaluer leur propre approche de l’évaluation, nous devions leur donner du temps supplémentaire pour le faire. C’est aussi le moment où nous nous sommes beaucoup améliorés, non seulement pour l’écoute réactive, mais aussi pour la recherche proactive de points de vue, et cela est très utile pour savoir comment nous abordons les choses pour la prochaine année universitaire.

Notre flux de travail sur la voix étudiante, par exemple, consiste à demander à nos étudiants de nous conseiller et de nous guider non seulement sur ce qui s’est bien passé et sur ce qu’ils ont aimé ou pas au cours des deux derniers mois, mais aussi sur ce à quoi ils s’attendent et ce dont ils auront besoin dans le cadre d’un environnement non traditionnel ou en ligne au cours lors de la prochaine année universitaire. Ce travail est dirigé par Laura Flowers, agente de direction académique de notre syndicat étudiant, qui a réuni une équipe composée d’agents du syndicat et de représentants étudiants de diverses circonscriptions. Ceux-ci dirigent des groupes de discussion en ligne et ont conçu un questionnaire de grande envergure qui cherche à saisir autant que possible ce que l’un étudiant ressent vraiment pendant le passage soudain à l’apprentissage à distance, et ce que les étudiants ont besoin que nous sachions, puisque nous devrons peut-être continuer ainsi à l’automne.

Ce groupe de travail est entièrement dirigé par et axé sur les étudiants : ils n’essaient pas de répondre à des attentes préconçues, mais discutent plutôt entre eux de ce qu’ils ont besoin de voir. Il est prévu qu’il soit achevé en début juin, de sorte que, alors que nous réfléchissons à une éventuelle refonte de nos programmes, nous le fassions en gardant à l’esprit ces conseils des étudiants. Nous devons nous assurer que les étudiants ne sont pas seulement des destinataires passifs et qu’ils participent activement à la conversation.

Nous avons également un flux de travail distinct autour de l’implication des étudiants et de la communauté. Nous sommes tout à fait conscients que l’année prochaine pourrait bien être très différente pour les étudiants qui reviennent et assez difficile pour les nouveaux étudiants qui envisagent une éducation universitaire à économie mixte. Nous devons garder à l’esprit que nous devrons penser à de nouvelles façons intéressantes de garder leur attention et leur demander leurs commentaires pour nous y aider. Avec ces deux domaines de travail mis en évidence, nous considérons que nos étudiants continueront d’avoir besoin de conseils, d’orientation et probablement de formation sur mesure portant sur la signification d’apprendre dans un environnement en ligne et d’accéder à l’apprentissage à distance, numériquement ou via des plateformes peu familières. Encore une fois, c’est en réponse à ce que nous avons appris de nos étudiants au cours de la récente période.

La chose intéressante sur la façon d’impliquer les étudiants lorsque vous n’êtes pas en face à face est que, pour beaucoup d’étudiants dans la tranche démographique de 18 à 21 ans, c’est un peu le mode normal en raison de la façon dont les médias en ligne et sociaux ont tendance à fonctionner. J’ai une étudiante de première année à la maison avec moi, et elle a maintenu ses groupes d’amitié, ainsi que son apprentissage, dans un environnement entièrement en ligne. Certains de nos étudiants y sont peut-être plus habitués que certains membres du personnel.

En effet, dans certains domaines, nous avons vu des étudiants se sentir un peu plus à l’aise pour communiquer avec leurs tuteurs ou d’autres parties de l’université dans ce monde en ligne.

D’un autre côté, pour de nombreux étudiants adultes et défavorisés, de nombreux défis demeurent, ce qui nous rappelle que notre communauté étudiante est très diversifiée et que, même dans « la normalité », nous devons tenir compte des différences d’apprentissage. Dans le monde de la COVID-19, nous devons également tenir compte des différences d’accès et d’accessibilité.

Dans l’ensemble du secteur, nous avons fait des choses incroyables dans cette situation d’urgence, mais nous devrons faire encore mieux alors que nous nous préparons pour la prochaine année universitaire. L’une des meilleures façons de le faire est d’écouter nos étudiants sur ce dont ils ont besoin et sur ce avec quoi ils interagiront. À De Montfort, nous réfléchissons à notre approche de rétroaction de module au cours de la prochaine année en gardant à l’esprit qu’il s’agira d’une année hautement inhabituelle. Nous voulons nous assurer d’adapter nos mécanismes de rétroaction afin qu’ils reflètent ce à quoi l’année risque de ressembler – et que les étudiants soient invités à partager leurs expériences réelles par opposition à une expérience théorique qu’ils auraient pu avoir, si nous n’étions pas dans la situation où nous nous trouverons presque certainement.

 

Professor Jackie Labbe photo

 

La professeure Jackie Labbe est pro vice-chancelière (Enseignement) à l’Université De Montfort. Elle a aussi été panelliste lors du webinaire d’Explorance « How can we capture the student voice in a time of Coronavirus? » tenu le 13 mai 2020. 

 


BlueCOVID-19Enseignement supérieurÉvaluation de coursL'analyses de parcours étudiant

Vous voulez en découvrir davantage sur Blue?

Restez connecté grâce aux nouvelles et aux aperçus
à propos d'Explorance et de l'industrie de l'évaluation de l'apprentissage